#2467

On apprend ce matin que le maire d’Angers a fait retirer toutes les affiches de la campagne sur la prévention du ministère de la Santé, ces sobres et belles images d’hommes en couple, qui font rugir les homophobes. Comme toujours, ces fâcheux invoquent une hypocrite protection de l’enfance pour justifier leur censure : « C’est centré sur un type de sexualité. Une telle campagne dans des magazines pour adultes ne me choquerait pas. Mais sur des panneaux devant des écoles primaires, oui », prétend le maire, tandis qu’un ancien porte-parole de la Manif pour tous parle de : « pubs infligées aux enfants. » Ah oui, c’est que chez ces gens-là, on ne pense pas, Monsieur, on ne pense pas, on prie. On ne veut pas les voir, ces vilains pédés, oh non, quelle horreur, pas de ça sur nos murs : ni égalité entre les citoyens ni réalité de la vie, oh non, cachons ce que l’on ne veut pas voir. Laissons-les dans des ghettos, la voie publique, la voix publique, n’est pas pour eux, bien entendu. Et les enfants alors ? Ah oui, toujours ce bon vieil amalgame de l’homosexualité avec la pédophilie, tandis que cette Église qu’ils aiment tant peut bien toucher petites filles et petits garçons. Faut vous dire, Monsieur, que chez ces gens-là on n´vit pas, Monsieur, on n´vit pas, on triche.

Eh bien figurez-vous que moi, j’aurai bien aimé que l’on m’en inflige, des publicités comme celles-ci, lorsque j’étais ado. Parce que lorsque j’étais ado, dans les années 1970, le terme même d’homosexuel ne m’était pas accessible, et les garçons comme moi, les filles aussi bien sûr, devaient chacun chercher son chemin seul, tellement seul, parce que l’unique chose que nous savions, chacun, c’est que les autres n’étaient pas comme nous. Je me souviens encore d’un jour où, rentrant de classe, je vis s’éloigner la fille que tout le monde trouvait super jolie, et de me demander pourquoi je devrais la trouver jolie, pourquoi je devrais avoir du désir pour elle alors que je n’en ressentais aucun, et de me dire que seul son côté un peu garçon manqué me plaisait chez elle. Je me souviens encore du jour où, devant rapporter je ne sais quoi à cette fille, la porte me fut ouverte par son frère, cette sorte de révélation : il était aussi joli que sa sœur, mais tellement plus joli justement, puisqu’il s’agissait d’un garçon. Je me souviens encore des manuels d’éducation sexuelle à la bibliothèque, qui n’expliquaient rien, qui ne disaient rien qui me concerne, ou alors seulement pour me vilipender. Oui, j’aurai bien aimé en voir, des publicités comme celles de cette campagne, devant mon école. Parce que durant toute mon éducation on m’a opprimé, menti, nié, centrant tout sur un type de sexualité, comme dit l’autre, me laissant seul pour comprendre et faire mon chemin malgré le manque de repères.

14915399_10202234297494105_5451622343236792707_n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *