#2716

En route pour un vide-grenier, destination-prétexte.  Esquivant les boulevards, je passe par les artères molles de Pessac, un énorme figuier déborde du sommet d’un mur et lui répond de l’autre côté de la petite rue le débordement d’un olivier, couvert de fruits encore verts. Non loin de là, un pied de courge se tortille en larges boucles sur le trottoir. Au tournant de la rue Armand Fallières, les maisons basses s’abritent sous une double rangée de platanes pas bien hauts non plus, le quartier somnole comme dans le souvenir de cette troisième République. À l’extrémité d’une impasse, une passerelle arrondi son dos au-dessus de la voie ferrée, marches usées et treillis métallique, de là la ville dévoile son envers, des jupons fait de toits en taule, de briques sales et de jardinets en désordre. Que l’on passe l’image en noir et blanc et c’est le passé qui surgit.

Partage
RSS
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *