#11

Emanuel Swedenborg est un savant et théosophe suédois, né à Stockholm en 1688, qui après des études de sciences exactes et des voyages à travers l’Europe, durant lesquels il rédigea plusieurs ouvrages savants en latin, eut une révélation à Londres en 1743: le Christ lui apparut et lui donna l’ordre de fonder une Église. Ce à quoi il s’employa désormais, tout en écrivant de multiples ouvrages où il s’efforça de démontrer avec une rigueur toute mathématique qu’il faut aller à Dieu par la force des choses. Il pensait correspondre avec les « esprits » et publia le résultat de ses entretiens avec eux. Celui que l’on nomme le « Prophète du nord » visait en quelque sort à édifier une histoire naturelle du monde surnaturel. Il mourut à Londres en 1772.

Pourquoi je vous raconte ça?

Parce qu’étant en séjour à Londres il y a quelques mois de cela, je suis passé plusieurs fois devant le fier bâtiment d’une certaine « Swedenborg Society », et me suis demandé de quoi il pouvait bien s’agir… D’autant que les ouvrages exposés dans la vitrine ne me semblaient guère parlant – tout juste pouvais-je supputer qu’il devait s’agir d’une société philosophico-ésotérique… Quelques recherches, une fois de retour chez moi, me livrèrent donc les clefs de ce (petit) mystère.

Curieusement, ce séjour londonnien fut passablement marqué par la philo…

Rentrant un soir à mon hôtel, je suis passé par une ruelle de l’université (qui tend à envahir peu à peu tout le quartier de Bloomsbury). Et là, au croisement de deux chemins piétonniers… Non, je ne rêvais pas: la sculpture d’un homme assis au sol, en position du lotus, avec barbe, sari et turban. Abritée dans l’ombre d’un arbre, cette statue m’attira cependant le regard – elle était peinte en turquoise! M’agenouillant devant cette étonnante découverte, je parvins à déchiffrer sur une plaque quelque peu effacée qu’il s’agissait d’un hommage à un philosophe tamoul.

Only in London… 🙂

Le nom du philosophe tamoul? Tiruvalluvar. Et les merveilles du web sont ainsi faites qu’on peut y dénicher les dix premiers chapitres de la grande oeuvre de Tiruvalluvar, le poème Tirukkural

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *