#2833

Je cogite beaucoup à un roman, en ce moment — mais ne pouvant guère écrire que l’été, l’exercice est un tantinet frustrant, assurément. Enfin, ces jours-ci je sors deux nouveaux bouquins, savez-vous ? Oh pas vraiment des nouveautés, mais des nouvelles éditions, complètement repensées : London Noir reprend en les retouchant ma série d’articles sur Londres de 1860 à 1960, « De Sherlock Holmes à James Bond » est son catchy sous-titre, et j’espère avoir concocté avec ce joli petit pavé un beau & original guide de ma métropole favorite. Un travail d’amour, quoi, et de longue haleine — normalement je retourne d’ailleurs encore me promener à Londres, le mois prochain, si Brexit le veut. Et puis l’autre, grand et sacrément beau, tout en sépia sous la verte couverture d’Amandine Labarre, est la dernière incarnation d’un projet que je porte depuis… ouch, la première version date de la fin 2002, le Dico féerique, et depuis je ne cesse d’ajouter, reprendre, retoucher, ajouter encore — avec l’aide de pas mal d’amis, je n’ai pas tout fait tout seul ! Et il y a des tonnes d’illustrations, aussi. Bref, deux ouvrages issues de loooongues passions…

#2831

Il pleuviote, il pleuvine, ou bien faut-il écrire pluviote, pluvine, je ne sais, mais en ce premier jour d’automne ça semble très adéquat — et ô combien bienvenue après tant de chaleur et de sécheresse. C’est avec plaisir que je retrouve la petite musique de l’averse, et puis ce n’est pas comme si je manquais de lecture pour m’occuper.