#4033

Peinte de suie, la ville de Bordeaux que je connus étudiant se vêtait de noir. La voir aujourd’hui toute blonde me surprend souvent, comme deux réalités qui se superposent. Et se rencontrent aussi été et automne maintenant, avec des courges sur les étals, de grandes constructions nuageuses et toutes ces bogues de marron jonchant le sol.

#4032

Promenade dans les prés où la rosée étincelle encore, un coq chante au loin, la départementale ronfle déjà, sur une allée de gravier blanc deux escargots s’enlacent. Le soleil matinal heurte mes yeux. Passant auprès de l’ancien poulailler, sous un cerisier tordu, je dérange un couple de chevreuils qui s’esquive en soulevant une senteur de menthe.

#4031

Matin lent à Champignac, seuls pressés étaient les deux chevreuils que j’ai vu galoper devant la maison en ouvrant mes volets. Des libellules tournent dans l’ombre fraîche du mirabellier. Tout me fatigue, yeux qui piquent et tête au ralenti ; la semaine qui vient sera très utile et infiniment agréable — séminaire de travail des Moutons électriques — mais certainement un peu épuisante.

#4029

Départ pour un week-end à Champignac, dans une ville ouatée, toute estompée de brouillard blanc. A la gare, sur un banc gisent un grand bâton et une houppelande en laine, comme si un berger landais venait de se dissoudre dans l’air embrumé. Sur les quais le soleil imbibe les nuées en une auréole de beurre. La rive droite pour sa part baigne dans une poussiéreuse lumière hivernale, qui dore le haut des façades et jette des étincelles sur les carapaces automobiles.