#2790

En vue d’une réédition de l’année prochaine, j’ai remis en page hier le roman Sylvana de Michel Pagel, et comme toujours ça m’a fait « tout drôle » d’en relire des passages et d’en saisir de nouveau l’atmosphère, le cœur un peu serré, tant cette œuvre fait partie de ma propre jeunesse, mes séjours fréquents à Longpont chez Michel, mes relectures du manuscrit, plus tard la réunion d’un gros recueil au Fleuve Noir dans la « Bibliothèque fantastique »… Et puis, le week-end passé nous avons décidé, Michel et moi, de consacrer un numéro supplémentaire de Yellow Submarine à encore un autre dossier Wagner, avec la récupération des chroniques littéraires qu’il tint durant 15 ans dans les pages du magazine Casus Belli… J’ai donc reçu tous les scans et je les confierai la semaine prochaine à un nouveau stagiaire, pour qu’il les « reconnaisse » avant que je ne les traite… Et puis encore, j’ai récupéré ce matin un bon paquet de photos de Roland, par Claude Ecken, et nouveau serrage de cœur…

Partage
RSS
Facebook

#2789

Ayant fort mal dormi cette nuit, j’ai fait un très long rêve consécutif : entre chaque bref éveil, je replongeais plus ou moins dans la même histoire, construite un peu comme la saison trois de Skam France mais avec un perso prénommé Alex, et une incursion vers la fin d’Olympia Dukakis dans son rôle de Mrs Madrigal (j’ai commencé à regarder la quatrième saison de Tales of the City) et, curieusement, de ma cousine Sylvie N. Étonnant comme tout ce récit se tenait grosso-modo sur la durée. Bon, ça c’est juste terminé par une grosse panne d’oreiller, comme on dit, ce qui m’arrive très rarement, j’ai été surpris et amusé de découvrir l’heure lorsque j’ai enfin émergé. (oui je sais, ma vie est palpitante)

Partage
RSS
Facebook

#2788

Des ponts sur le temps : hier je rappelais à Michel une conversation que nous avions eu en 1994 ou 95, et aujourd’hui je commence à relire un roman (A Million Open Doors de John Barnes) que j’avais lu à Bordeaux lors d’un séjour chez Patrick, vers la même époque je pense. Down memory lane et toutes ces sortes de choses.

Partage
RSS
Facebook

#2787

Le jaune vibrant des genêts à perte d’horizon. Trilles d’oiseaux et bourdonnements d’insectes saturent l’air sur le grand fond silencieux de l’azur, que viennent souligner à traits noirs quelques croassements épars (week-end chez le sieur Michel Pagel).

Partage
RSS
Facebook

#2786

En me promenant sur les sites d’autres éditeurs, je trouve quelques propos dans lesquels je peux aussi reconnaître les Moutons électriques…

Chez Le Sonneur : « Sans d’ailleurs que nous n’ayons jamais eu le sentiment de suivre une autre « ligne » que celle de nos coups de cœur : bien souvent, le sens d’une maison n’apparaît, y compris à ses fondateurs, qu’avec le temps. Belle leçon de l’expérience : on ne défend bien que les textes que l’on aime, sans souci de coller à telle ou telle actualité, à telle ou telle mode. »

Chez Le temps qu’il fait : « Assumant pleinement leur statut de petit éditeur, elles poursuivent (…), non sans faire, avec plusieurs autres, ce constat quelque peu désabusé : le rétrécissement de leur rôle (poisson-pilote ou voiture-balai), la raréfaction des grands lecteurs, l’accroissement des coûts réels de diffusion, la diminution de la reconnaissance médiatique ne sont que les symptômes apparents d’un profond bouleversement de la vie du livre — dont il incombe à chaque acteur, de l’auteur au lecteur en passant par tous les médiateurs possibles, de retarder la déconfiture, avec acharnement. »

Chez les éditions Do : « On a beau savoir que cela va être très difficile, qu’on a de très bonnes chances de ne jamais décoller, que si on décolle on a des chances meilleures encore de se rater à l’atterrissage, on a beau savoir tout cela, on y va quand même. »

Partage
RSS
Facebook