#2917

À eux trois, figuier, fuchsia et abutilon, ils emplissent l’étroit jardin d’une jungle terrible jungle, dont l’on verra à l’hiver si je me résous à la sabrer un tant soit peu. Sous le ciel hésitant, en lisière d’orage, ils bourdonnent et grésillent dans l’air durci, tandis que très loin une tondeuse qui hoquette donne la mesure du vide comme d’une grande boîte dominicale (« Mais c’est samedi ! »).

#2915

Odeurs d’été. Celle fruitée des fleurs couvrant d’une neige drue les deux grands troènes dominant les jardins ; celle lourde et capiteuse des magnolias géants du parc sur le boulevard ; celle verte et franche des plants de tomate ; et le poivré, dans la cuisine, du bouquet de basilic acheté hier au marché ; ou ce mélange de périchor et d’humidité chaude, après l’arrosage, le soir. Cette nuit, lors d’une promenade, le quartier sentait le brûlé, une senteur âcre comme si après l’écrasante température du jour la ville se tenait prête à exploser.

#2912

Curieuse heure que celle où les ors du ciel drossent la grisaille dans les jardins alors que, perché sur la plus haute cheminée de l’impasse, le merle trille encore en pleine clarté. Au niveau du sol, les teintes mineures s’imprègnent imperceptiblement de bleu soir, tandis que massés en épaisse frange au ras des toits, les nuages rêveront bientôt dans ce contre-jour à la Magritte caractéristique des nuits urbaines.

#2910

Par-dessus les jardins étroits et obscurs, la brume tombée des nuées, ou bien ces dernières décrochées de la nuit sous la force des bruines précédentes, brouille le bleu sombre où se dilate seulement le halo blafard d’un lampadaire lointain, dans l’échancrure entre les bâtiments. Beaucoup plus haut, les étoiles battent à peine sur un buvard humide et, entre les deux, un tintement électrique perce quelques fois avant que la rumeur paisible de cette heure tardive ne retrouve son souffle. L’oreille se tend en vain, pas de voix ni de moteurs, et si peu de lumière, tout dort.

#2902

Ben dite-donc, c’est vrai qu’avec la tranquillité du confinement, la nature a repris ses droits. Hier soir je me suis promené dans mon quartier pour la première fois depuis deux mois, et j’ai croisé cinq chats (dont un jeune, un mince félin noir et blanc qui s’est précipité vers moi pour une caresse), deux divans et un fauteuil.