#2752

Il y a 5 ans jour pour jour je notais « First night in Bordeaux. Ouf, rompu par les presque 7h de voyage, après tout le reste. To sleep perchance to dream et toutes ces sortes de choses… » Eh oui, j’ai 5 ans. 5 ans de Bordeaux.

#2748

Lorsque j’étais enfant, j’avais une vocation : devenu grand, je serais auteur de bédé – ou bien je fabriquerai des livres, c’était bien aussi. Bon, un sur deux. Et je passais mon temps, durant quelques années, à créer de petites revues et des tas de bandes dessinées, avec le plus souvent les héros récurrents Zozo et Bibiche, très influencés par Placid et Muzo dont la… disons, la simplicité, me paraissait constituer un niveau atteignable. L’on m’offrit un jour une sorte de pâte à modeler qui pouvait devenir dure une fois plongée dans l’eau chaude : miracle, ainsi pouvais-je façonner mon propre merchandising ! Il reste des exemples de ces œuvres juvéniles çà et là dans ma famille, et j’ai une boîte en fer contenant les figurines (j’aime toujours bien le méchant à cagoule). Voilà. Le minuscule cirque intime d’un imaginaire d’enfance.

#2744

Je viens de plonger dans mon tiroir à courrier — je reçois de nos jours si peu de lettres papier de copains qu’un simple tiroir suffit… je voulais réunir ma collection des cartes de vœux dessinées de Patrick M. et sacrédié j’en ai… trente et une ! Ça c’est de la persévérance, et ô combien précieux. Plus une pour un déménagement de Cathy & Roland. Et puis revu de tas de petites choses touchantes, par exemple les deux lettres de monsieur Georges Chaulet. Ou la lettre de rupture d’un garçon prénommé Patrick quand j’étais à la fac, à l’encre bleue. (Sinon j’ai à la cave plusieurs sacs des lettres de ma jeunesse, les correspondances de Roland, de Michel Pagel, de Michel Jeury, par exemple…)

#2739

Sous ce ciel d’étain, avec ce vent aigre et la pluie menaçant, je ne m’attendais guère à trouver à la brocante dominicale moult opportunités livresques, mais allez, cela faisait plusieurs fois que je n’y allais pas, et puis je manquais de victuailles fromagères. Eh bien, ce ne fut pas si mal, il y avait même une partie des Jean Ray en Marabout — mais avec l’intégrale Alma qui vient de s’achever je fus raisonnable. Un peu d’enfantina, aussi, pas sur la photo. Et l’on va rester à s’enfricher chez soi, vu la météo peu clémente. Ce n’est pas comme si je manquais de lectures.