#15

Grosse frayeur pour l’instituteur Alex Hunter: une nuit, sur une petite route du Devonshire, une jeune femme blonde apparait brusquement dans la lumière de ses phares. Sortant de la route, Alex va percuter un arbre. A son réveil, dans le village de Strangehaven, on lui assure que la jeune apparition blonde est inconnue, et n’a bien entendu pas été retrouvée. Convalescent, Alex va découvrir les charmes ruraux de Strangehaven, et son amicale population. Il n’y a qu’un hic: impossible de repartir. Chaque fois qu’Alex tente de sortir de Strangehaven, il se retrouve dérouté, perdu. Il croisera d’ailleurs un randonneur, Surfer Steve, victime du même phénomène. Apparemment, Strangehaven ne désire pas les voir partir! Du coup, Alex va devenir le nouvel instit’ du village. Et plonger bien malgré lui dans la vie de cette étrange petite communauté, à la surface tranquille cachant des remous assez insolites…

Késako? Une BD anglaise, auto-éditée par l’auteur (Gary Spencer Millidge): Strangehaven. Et un régal rare. Enfin une BD dont le pouvoir de séduction par l’étrange équivaut à un bon Jonathan Carroll, par exemple. Ou à un Charles de Lint, mais encore plus en demi-teintes — le surnaturel demeure extrêmement discret à Strangehaven, en dehors de l’apparition blonde. J’oserai dire, en fait, qu’il s’agit d’un des très rares exemples de « réalisme magique » que je connaisse dans le domaine de la BD — avec l’incroyable Stigmates de Mattoti & Piersanti (au Seuil).

On peut trouver Strangehaven sous la forme de deux grosses reliures, aux séduites couvertures, qui réunissent les fascicules 1 à 12 de ce comics. Arcadia et Brotherhood sont leurs sous-titres, chez Abiogenesis Press. Si le scénario est impeccable de bout en bout, en revanche le dessin de Millidge y évolue d’une maladresse pas trop désagréable à une maitrise quasi-photographique. Le tout au trait, N&B.

Mais à quand la suite? Eh bien, le fascicule n°13 vient enfin de paraître, après un silence d’un an et demi. Je l’ai lu l’autre soir. Avec grand plaisir! Et le graphisme de Millidge y a encore évolué, avec cette fois l’adoption d’une mise en relief (à défaut de parler de mise en couleur) par l’adjonction de lavis. Pour le reste, Strangehaven est toujours le village le plus étrange d’Angleterre — et des meurtres viennent d’y être commis!

Sinon, je viens de lire Reconquérants de Johan Heliot, chez Mnémos. Et je suis déçu. Je n’y ai pas retrouvé la plaisante excitation intellectuelle que j’avais ressentis à la lecture de son précédent roman, La Lune seule le sait (aussi chez Mnémos; un chouette steampunk sur Jules Verne & les Communards). Il ne m’a même pas réjouit comme l’avait fait son premier, Pandémonium (toujours pas paru, à sortir chez Bifrost/Étoiles Vives; un amusant délire sur Vidocq & les ET). Non, cette fois il s’agit d’aventure pure, musclée et sans répit, dans un cadre extravagant (une Europe prisonnière de créatures extraterrestres presque divines, redécouverte par l’armée d’une Amérique colonisée par les légions romaines antiques). Pas de psychologie, pas d’enjeu social ou politique, quasiment pas de lien avec la réalité. C’est de la littérature de simple divertissement — et traitez-moi de fichu intello si vous le voulez, mais finalement je n’y trouve pas mon compte. Pour bien fait que soit ce roman, pour astucieux qu’il soit, il m’a semblé… un peu plat, et radicalement vain. Oh, Reconquérants n’est sans doute pas un mauvais bouquin, mais… il ne s’agit pas ma « tasse de thé », tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *