#45

J’ai lu, et fus déçu: The Silent Gondoliers, par William Goldman — l’auteur du génial & hilarant Princess Bride.

Il s’agit donc, contée par le fameux S. Morgenstern, véritable auteur de Princess Bride et que l’on disait mort, mais c’était grandement exagéré, enfin bref, il s’agit donc d’une nouvelle fable — cette fois sur les gondoliers de Venise, et pourquoi ceux-ci, autrefois renommés pour leur chant magnifique, ne chantent plus jamais aujourd’hui.

Luigi était un gondolier extrêmement doué — en fait, il réussissait du premier coup et comme sans y penser le plus difficile de tous les exercices demandés aux gondoliers (le passage dans un canal particulièrement étroit, et coudé). Seulement, hélas, il ne savait pas chanter: sa voix était si exécrable que durant les premiers temps où il exerça son métier de gondolier, certains clients s’évanouirent, et tous les habitants de Venise prirent l’habitude de bombarder Luigi de légumes et fruits divers afin de le faire taire… Pourtant, un jour Luigi sauva Venise. Et c’est après cet exploit incroyable que les gondoliers décidèrent de ne plus chanter — afin que Luigi redevienne à part entière l’un des leurs.

Moins que de fantasy, il s’agit ici de ce que Mark Twain nommait des tall tales — une fable exagérée afin d’effet comique. C’est amusant, certes, mais léger, très léger, et je ne parle pas que du nombre de signes… (l’éditeur nous fourgue une simple nouvelle dans le format d’un roman) Quant aux illustrations, elles sont franchement moches et banales. Un texte anecdotique, sans plus. Dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *