#74

Lu: Slow News Day par Andi Watson (fascicule n°2, chez Slave Labor Graphics).

Encore une bande dessinée, donc. Et également dans ce style que l’on nomme si aptement la « ligne frêle » — de manière plus poussée encore que Christopher, en fait: Andi Watson a adopté pour son nouveau feuilleton un style encore plus épuré, encore plus charbonneux, encore plus stylé, que dans son (excellente) oeuvre précédente, Breakfast After Noon. En cela, il suit les traces des français Dupuy & Berbérian, ou de François Avril (lui-même est anglais).

Et quoique publié aux États-Unis, il livre une fois encore une histoire typiquement britannique, puisqu’on y suit le séjour d’une jeune journaliste américaine ayant décidé d’aller bosser quelque temps dans un petit canard minable d’un bled anglais, afin de se donner une expérience — en vue de la réécriture d’un scénario pour Hollywood qu’elle a peaufiné avec son boyfriend.

Il s’agit d’une comédie de moeurs, aux personnages très attachants — quant au dessin, ah mama mia! quel bonheur… Quasiment chaque case est une merveille de stylisation. Pour l’heure, Andi Watson n’est toujours pas publié en traduction française — dommage, car c’est, à mon goût, l’un des graphistes actuels les plus excitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *