#80

Tous les ans un livre que je reçois avec un immense plaisir: The Year’s Best Fantasy & Horror. J’ai reçu hier le volume 14.

Il s’agit d’un gros pavé (dans les 600 pages) coordonné par Ellen Datlow & Terri Windling, réunissant le meilleur des nouvelles fantastique (elles disent nonrealist) parues en langue anglaise dans l’année précédente. Et quand elles disent le meilleur… on peut leur faire confiance!

Terri Windling s’occupe de la partie fantasy (au sens très large) et « réalisme magique », Ellen Datlow sélectionnant pour sa part les nouvelles d’horreur. Chacune de ces anthologies est absolument remarquable, un concentré d’excellence littéraire & fantastique. Où croyez-vous que j’avais trouvé la matière de Fées & Gestes? (mon antho de fantasy parue chez Bifrost/Étoiles Vives) Pour beaucoup dans les Datlow/Windling, bien sûr. Et je rêverai d’en réaliser un ou deux autres, des recueils de ce type — car il y a vraiment une matière formidable & vaste, dans le domaine de la nouvelle de fantasy, et presque personne n’en publie en France, hélas.

À la sélection proprement dite, Datlow & Windling ajoutent en ouverture de chaque volume deux panoramas annuels des genres qui les concernent. L’horreur n’étant pas trop ma tasse de thé, je reconnais que je ne lis pas celui de Datlow, non plus que la plupart des nouvelles qu’elle choisit — mais en revanche je me précipite sur le survol windlingien. J’y trouve en effet la référence du principal des livres (de fantasy) que je peux lire tout au long de l’année… Outre son « Top twenty » bien détaillé, Windling y brosse le panorama de toutes les catégories de la fantasy littéraire: first novels, contemporary and urban fantasy, imaginary world novels, historical and alternate-history fantasy, mythic fiction, humorous fantasy, fantasy in the mainstream, in other genres (les « fusions », de plus en plus nombreuses), children’s fantasy, reprints of classics, single-author story collections, anthologies, poetry, magazines, art, picture books, nonfiction, mythology and folklore…

Windling ne fouille pas seulement dans les collections spécialisées des grands éditeurs anglais & américains, elle explore également l’immense territoire des petits éditeurs, et celui des étagères de romans non-étiquettés. Et je suis d’ailleurs très fier de moi, cette fois-ci: j’ai déjà repéré & acheté trois des romans qu’elle recommande, dans le domaine de la fantasy pour « grands ados » (car ça semble se développer enfin, après des années de ce que Windling nomme fort justement the over-emphasis on « problem novels » and strict realism — le lecteur français pensera aussitôt à l’École des Loisirs…).

De même, pour les nouvelles sélectionnées les anthologistes ne se contentent pas de dépouiller les revues & anthologies de genre, mais aussi tout ce qui est revues littéraires, sites web de fictions, petit recueils à tirage limité, presse underground, recueils publiés en mainstream, etc. Ce qui permet de mettre en lumière des textes qui seraient sinon demeurés inconnus. Je demeure toujours sidéré par la masse de documents qu’elles peuvent lire/trier, même aidées par leurs secrétaires cela représente une tache inouïe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *