#136

Quel dommage: ils ont retiré les lumière de la rue.

Durant tout le mois de décembre, mon quartier fut illuminé la nuit d’étrange & belle manière: la grande rue principale était éclairée en rouge, et les petites rues transversales en bleu. Quant à la place à côté de chez moi, ses lampadaires (déjà d’un très beau design) luisaient mi-bleu mi-vert. Le résultat donnait un aspect fantastique au quartier, le transformait en sculpture nocturne — cette fantomatique lueur rouge sur les façades de la place, elle-même ponctuée de points vert & bleu, wahou, c’était superbe, irréel.

Et comme si cela ne suffisait pas, de loin en loin au-dessus de la grande rue étaient tendues des guirlandes rouges retenant en leur milieu, tournoyant au-dessus du trafic automobile, une sorte de grande jupe blanche surmontée d’un chapeau haut-de-forme en métal. Jupe qui tournait, tournait, tournait, au moindre coup de vent. Et ces fantômes étaient pour certains rendus plus fantasmagoriques encore par une projection de formes tournoyantes sur leur jupe. De la poésie urbaine. Étonnant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *