#225

J’ai mal au genou gauche, depuis quelques semaines.

Ce qui serait un détail peu digne d’être cité ici, si… Je n’avais pas lu durant lesdites semaines Therapy de David Lodge! 🙂

C’est pas dingue, ça, se tordre le genou pile au moment où on lit la longue plainte hypocondriaque d’un homme qui a mal au genou?!

Car c’est le point de départ de Therapy: ce pauvre Tubby est incroyablement hypocondriaque. Et la première partie du roman consiste en son journal, où il nous (se) dit tout de sa vie: ses bobos, ses craintes, ses médecins (il suit quantité de thérapies différentes en même temps!), sa copine (relation chaste), son épouse (qu’il n’écoute guère), son job de scénariste unique d’une sitcom qui marche très fort sur une chaîne anglaise…

David Lodge est incroyablement talentueux: parvenir à m’ « accrocher » à l’histoire de ce bonhomme qui, a priori, n’a rien pour me plaire, rien pour m’intéresser… Je ne lis pas trop souvent du Lodge: il n’en a pas écrit tant que ça, et je préfère me les « économiser », so to speak? Tellement j’adore ce qu’il fait. Bon, je préfère, et de loin, lorsqu’il parle de la vie académique — je ne crois pas avoir jamais autant ris que grâce à Small World! Mais même lorsqu’il aborde des existences qui ne me sembleraient pas captivantes d’emblée, ça fonctionne, la magie est là.

Et qu’il est malin, l’animal: la deuxième partie consiste en divers témoignages tournant autour de Tubby — des points de vue variés pour décrire la suite de sa vie, en pleine crise. Classique chez Lodge, ça: l’exercice de style, changer de voix. Et il y parvient à merveille.

Mais c’est encore mieux lorsque l’on découvre, dans la troisième partie, que tous ces témoignages (le plus souvent cruels & crus) sont de la plume même de Tubby, en guise d’exercice thérapeutique!

Enfin le roman glisse d’un ton certes aigre mais toujours amusant, à une période touchante, puis à une accalmie progressive, sur le chemin de St Jacques de Compostelle — le style reflète parfaitement un retour à la tranquillité psychologique.

Le tout en nous donnant un aperçu certainement exact de la vie d’une sitcom en tournage, de l’œuvre & de la vie de Kierkegaard, et du pélerinage à Compostelle. Avec, l’air de ne pas y toucher, diverses considérations sur l’écriture & les points de vue.

Génial, cet auteur est gé-ni-al.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *