#284

Noté le 8 août 2002:

Journée près de St Jean de Bournay. Chez les parents de Jérôme, un vieux copain qui vit au Luxembourg & que je ne vois donc plus guère qu’une fois par an, à l’occasion de cette très sympathique virée à la campagne…

Troisième fois que je fais ça et j’y prends goût: ils habitent en pleine zone rurale, joli paysage depuis chez eux (un immense champ puis la barre verdoyante d’une colline), parents adorables (je connais d’ailleurs son père depuis plus longtemps que Jérôme lui-même: il était client à la librairie), Gilbert est un passionné de vieilles revues & de littérature populaire — et puis il y a la piscine, pas des moindres dans l’attrait d’une telle escapade.

C’est Gilbert qui est venu me chercher au train, à la gare de Bourgoin: pas un bien long trajet ferroviaire pour moi depuis la Part-Dieu, et peu onéreux. Gilbert, donc, avait une petite course à effectuer dans Bourgoin, j’en ai donc profité pour faire un rapide tour du vieux centre ville. Oh, pas grandiose, Bourgoin-Jallieu a d’ailleurs nettement la réputation, dans la région lyonnaise, d’être une très vilaine petite ville. Mais voici que justement, du fait d’une si vilaine renommée, je me suis trouvé agréablement surpris. Ce que j’ai vu de Bourgoin pourrait aussi bien être un mignon petit quartier traditionnel de Lyon, en fait. Avec peut-être un rien de charme provençal (déjà) dans certaines façades (murs ocres & volets vifs).

Nous nous garons auprès d’une petite place en demi-lune, agréablement soulignée par un immeuble moderne au bon goût peu courant: surprenantes balustrades de balcons en béton blanc sculpté de formes géométriques, tendues par des solives en métal, croisillons des maintiens, bord du toit ondulé: rien de révolutionnaire, mais il est si rare de voir même un soupçon de style architectural dans les immeubles ordinaires…

Un peu plus loin, un musée joliment contemporain (verre & acier) jouxte le charme simple d’une petite chapelle. Contraste étonnant avec une usine (minoterie? je ne sais plus) qui s’élève juste de l’autre côté de la rue, haute & massive forme de béton brut. Ses minuscules ouvertures carrées me rappellent plus une forteresse médiévale qu’un bâtiment industriel. Une ancienne halle, rénovée.

Et de petites rues piétonnes; toute cette petite ville est (trop) marquée du stigmate d’une croissance exagérée, trop importante pour sa structure traditionnelle. Bourgoin semble visiblement surpeuplée. Elle a du être une bourgade agréable, autrefois, et présente pour qui sait y voir, dans ce quartier central en tout cas, quelques jolis restes. Cette grande demeure médiévale avec sa tour perçant au-dessus des toits (la maison des Avocats). Cette cathédrale trapue, sur le parvis de laquelle grouille l’animation d’un marché…

Et le reste de ma journée? Baignades, repas simple & copieux, papotages… Comme le renouvellement annuel d’une amitié à la fois pas « évidente » (qu’avons-nous en commun, Jérôme & moi?) et toujours décontractée, naturelle. La météo peut être instable, le baromètre de notre bonne entente demeure constant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *