#457

Lu: In the Kingdom of Mists, par Jane Jakeman. Trouvé au début de la semaine dernière, sur un étalage d’une des boutiques de la National Gallery, ce roman trônait au sein des piles de bouquins sur Monet. Intrigué, j’y ai donc jeté un coup d’oeil — ah, ah, un polar sur Monet?!? Les « blurbs » délivrant quelques commentaires flatteurs par Colin Dexter & Maxim Jakubowski, je me suis risqué à l’acheter… Et en ressort aussi agréablement surpris que convaincu.

Car il ne s’agit pas simplement d’un polar historique de plus, mais bel & bien d’un beau roman sur le dernier séjour de Claude Monet à Londres (lorsque depuis la fenêtre de sa chambre au Savoy il s’escrimait à saisir les mouvements de la brume & les effets de la lumières dans le fog au-dessus de la Tamise). Intrigue policière il y a, mais traitée d’une manière plus human interest que réellement « polar » — & nettement plus « roman noir » que roman à énigme anglais: l’autrice s’intéresse plus aux retombées de l’enquête sur la vie de plusieurs personnages (l’inspecteur, son sergent, les femmes de ceux-ci, le jeune secrétaire du Foreign Office qui découvre l’un des corps, le détective du Savoy, une jeune femme & sa mère dans l’entourage de Monet père & fils), qu’aux rouages procéduriers. L’identité du tueur est d’ailleurs connue très tôt du lecteur & qu’importe: l’importance est ailleurs, dans les descriptions des états de la Tamise, dans les souvenirs du vieux Monet sur sa première femme (Camille), dans la lutte opiniâtre du peintre pour saisir l’insaisissable, dans les peurs & les doutes du jeune Oliver, dans les soubassements politiques de l’époque (guerre des Boers, revendications irlandaises)…

Aussi passionnant que séduisant, sombre & lyrique, une belle évocation de cette époque — et de ce grand artiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *