#467

« Fairy tales are more than true: not because they tell us that dragons exist, but because they tell us that dragons can be beaten. » (G. K. Chesterton)

Magdalen College: premier contact du séjour avec l’intemporel gothique des grandes universités d’Oxford. La façade de château hanté se couvre de lierre — des troncs plus épais que ceux de certains arbres citadins français. Le feuillage d’un vert sombre bruisse sous le vent humide. Le parc sent bon l’herbe mouillée. Des roses & de la sauge dans les parterres, au bord de la Cherwell (l’un des petits affluents de la Tamise qui courent à travers les prairies des collèges).

Bouche bée, je suis trop occupé à ne plus savoir où donner des yeux pour encore parler.

La pierre dorée, les tourelles, créneaux, gargouilles, parapets & gables, le lierre sombre, les murailles sereines, les portiers sévères… C.S. Lewis est passé par ici, tous les jeudi ses amis se réunissaient dans sa chambre pour lire & discuter. Ses amis: Charles Williams, J.R.R. Tolkien. Impossible de marcher dans Oxford sans le faire dans les pas de grands écrivains. Oscar Wilde, aussi, passa par Magdalen College.

Au centre de la vieille ville, en plein coeur des collèges & des musées, la Radcliffe Camera érige sa rotondité spectaculaire, surmontée d’une couronne & d’un dôme comme un théâtre de Venise, volant la vedette à une bibliothèque pourtant encore plus fameuse: la Bodleian. Étonnante cour que celle de la Bodleian, d’ailleurs, avec sa façade rayée comme la chemise d’un vieux majordome.

Visite de la Bodleian avec le délicieux Peter Warren, ex-bibiothécaire scientifique à la retraite depuis onze ans. Avec un charme chenu bien britannique & une volubilité aimable, le vieux monsieur nous explique les subtilités de l’histoire & de l’architecture de la Divinity Room puis de la salle parlementaire qui se trouve derrière, enfin de la porte conçue par Wren (alors géomètre et professeur d’astronomie) pour ouvrir sur le bâtiment qu’il venait de concevoir, le Sheldonian Theatre.

Nous avons permission de monter à la bibliothèque. Un bref coup d’oeil au premier palier — étagères & poutres blanches — avant de contnuer à grimper le grand escalier, sous le regard en pierre de John Locke. Au sommet: les livres. Émotion & ébahissement devant la beauté de ses poutres médiévales sculptées, des vieilles reliures en cuir & du plafond à caissons peints.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *