#704

*soupir d’aise*

Sirotant un thé rouge brûlant, un frisson me traverse pourtant soudain. Je lève le nez de mon bouquin d’histoire de l’art, pour découvrir qu’il neige. Les toits de tuile du garage et de la boulangerie, sous mes fenêtres, sont déjà d’un blanc velouté, tandis que le gris-beige assourdi du ciel se confond avec les facades estompées en pointillé. La chatte tâche de saisir les flocons qui volètent contre la vitre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *