#1047

Ce matin tôt, j’ouvris brièvement les yeux sur un beau coin de ciel bleu. Les refermant, je rêvai d’un bord de mer, ce même ciel bleu se fondant dans l’océan, et puis un phare, le vent froid (qui coulait effectivement de la fenêtre) et des cris de mouettes… Envie d’iode, d’embruns, de sable et de vagues. Las, au réveil le ciel pesait de nouveau en grisaille sur une ville typiquement estivale: juste hantée par les voyous et les freaks. Il faut se rendre au marché pour voir des habitants normaux. Terrible ventre creux de l’été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *