#1155

Mon inconscient n’est pas sadique: si, le jour, je souffre souvent de la solitude, la nuit en revanche, mes songes me fournissent toujours un sidekick. Personne réelle ou personne imaginaire, d’ailleurs — les deuxièmes me surprenant le plus, finalement, car d’où sort ce jeune rouquin qui était à mes côtés cette nuit, par exemple? En tout cas, c’est étonnant comme je rêve souvent de super-héros, ces dernier temps — est-ce grave docteur? Les aventures oniriques dont je me souviens sont généralement construites comme de véritables récits, avec péripéties et rebondissements.

2 réflexions sur « #1155 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *