#1211

Den Haag 3

Pour mon troisième jour de voyage, je pris la direction de La Haye: je devais y séjourner une semaine. La veille, dans le métro avant de nous séparer, Pierre Pevel m’avait confié qu’il « entendait » encore dans sa tête la voix de Patrice, mais que ce qui l’attristait était de savoir fort bien que cette petite voix particulière allait s’estomper rapidemment. Je me suis souvent fait cette réflexion: ce que l’on perd en premier, ce sont les voix. Sans doute le particularisme le plus personnel d’un individu. Ainsi ai-je perdu depuis longtemps l’accent rocailleux de Mère-poule, la maman de ma marraine. Ou la douceur de Boum-boum, mon grand-père paternel (oui, dans la famille les surnoms étaient souvent assez étonnants). Et déjà du vivant de Patrice, je perdais sa voix, éraillée comme elle était devenue dans les derniers mois. Lisant hier soir le texte de l’excellente interview qu’avait fait Richard Comballot, je n’y entendais pas Patrice. Mais enfin, je me console en me disant qu’avec tous ses enregistrements, tous ses documentaires aussi, la voix de Patrice n’est sans doute pas tout à fait perdue.

Direction La Haye, donc. Une semaine pour écrire (je dois continuer mon deuxième roman). Je fais des choses étonnantes, disais-je en ouverture de ce « travelogue ». Mais peu sont aussi inhabituelles, certainement, que d’aller vivre dans une Nonciature apostolique!

(à suivre)

1 réflexion sur « #1211 »

  1. Je crois que c’est une des choses qui m’ont le plus surprise à la mort de mon père. Mon père faisait de la radio, sa voix donc, je l’entendais un peu partout de son vivant. Sur les ondes, à la maison… C’était son outil de travail en quelque sorte. Sa griffe. Pas quelque chose que je pensais oublier facilement. Au fil des années après sa mort, celle-ci s’est distordue, déformée par le souvenir sans doute.
    Un jour, il y a 5 ans je pense, ma tante venue en visite m’avait ramené en cachette de ma mère – pour éviter les drames – une émission que mon père lui avait enregistrée. Et sur laquelle on entendait mon père. Je n’ai pas pu l’écouter plus de 10 minutes, je ne le reconnaissais pas et ça me faisait l’effet d’un coup de poing en pleine machoire, avec le bloop caractéristique qui remonte aux yeux.
    J’avais perdu sa voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *