#1317

Sur son blogue, Laurent Queyssi évoque la récente soirée bordelaise de lancement de ses Nombreuses vies de James Bond, avec en particulier cette belle anecdote:

« L’agent 007 a fait un passage éclair. Il faut dire qu’avec sa canne, il a du mal à se déplacer et, même si son hôtel (payé par mon généreux éditeur, merci) était tout proche, il a préféré rentrer tôt pour reposer sa jambe malade. Mais, sa présence a illuminé le bar. Certains étaient surpris de le voir parler français, d’autres se sont délecté de ses anecdotes (son imitation de Roger Moore était tordante) et certaines nanas m’ont avoué que le bougre (bientôt quatre-vingt sept ans tout de même) possédait encore un je ne sais quoi qui le rendait attirant. Je l’ai raccompagné à son hôtel et il m’a remercié pour l’ouvrage en me demandant d’étendre ses remerciements à l’ensemble des collaborateurs du livre. « Il y a encore des histoires totalement inventées dans ton bouquin, m’a-t-il confié, mais Fleming n’a jamais pu coller à la vérité. Et puis ses récits étaient bien plus passionnants que mes véritables aventures, tu sais. »
Je lui ai alors demandé des détails, mais il m’a simplement répondu : « Ce qui est imprimé dans ton livre est la vérité en ce qui me concerne. Elle l’a été depuis le jour où Fleming a commencé à écrire en se servant de mon nom. »
Tiens, d’ailleurs, à propos du nom, j’ai appris incidemment qu’il n’avait pas donné le nom de Bond à l’hôtel. Mais de là à dire que celui qu’il a utilisé est le vrai… En tous cas, je garde pour moi cette identité. S’il s’agit de la vraie, je partage un secret que peu de personnes connaissent. Si ce n’est pas le cas… Bah, je ne le saurais probablement jamais.
La seule confirmation que l’agent a bien voulu me donner est qu’un 007 est encore en activité de nos jours. Il l’a rencontré une fois et il l’a qualifié de « brute blonde encore plus efficace que je ne l’étais à l’époque ». S’amusait-il à me tromper?
Il m’a serré la main devant l’ascenseur, m’a fait promettre de passer le voir à Londres à l’occasion (« parler français me manque »). Je l’ai remercié et suis retourné au bar, l’esprit un peu chamboulé. »

Annonce officielle:
Laurent et moi prions Etienne Barillier et Nicolas Trespallé, qui ont été oublié par mégarde dans les remerciements du bouquin, d’accepter nos plus plates excuses. Merci, les gars. Et désolé.

1 réflexion sur « #1317 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *