#1388

Lectures? Récentes et en vrac, alors.

« Locked Rooms » de Laurie R. King. Un tome de cette sorte d’univers parallèle où Sherlock Holmes s’est marié avec son apprentie, Mary Russell. Toujours plaisant, cette fois à San Francisco en 1924, avec Dashiell Hammett en détective.

« Lunar Friends » de Jenny Uglow. L’histoire de la Lunar Society et des hommes de science qui, Erasmes Darwin parmi eux, révolutionnèrent le XVIIIe siècle à partir de Birmingham.

« The Case of the Gilded Fly » d’Edmund Crispin. Longtemps que je songeais à lire cet auteur, un tardif et amusant représentant du polar anglais de l’âge d’or. Trois belles intégrales dormaient sur mes étagères depuis plusieurs années. Brillant et caustique, ça se lit un peu comme du David Lodge mâtiné d’Agatha Christie.

« Mort de Jézabel » de Christianna Brand. Encore du polar british, années 50. Léger et astucieux. Dans les deux cas, hasard, de désagréables jeunes femmes manipulatrices sont les victimes peu regrettées.

« New York in the 50s » de Dan Wakefield. Comme son titre l’indique. Plutôt centré sur le Village que sur tout Manhattan, mais fascinant portrait d’une époque.

« The Secret Life of Oscar Wilde » de Neil McKenna. Biographie presque exclusivement centrée sur la vie sexuelle tumultueuse du grand homme, son obsession des beaux jeunes gens et des « amours grecques ». Prenant et, finalement, poignant.

« La double vie de Vermeer » de Luigi Guarnieri. Entre essai et roman historique, l’histoire du faussaire Van Meggeren, qui peignit de faux Vermeer… qui ne ressemblaient nullement à des Vermeer! Une jolie page d’histoire de l’art aux allures d’enquête presque policière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *