#1626

Deux journées bien épuisantes. Hier, arrivage des deux nouveautés de mai des Moutons électriques, mise en enveloppes, postage du tout… Aidé par Raphaël et par mon nouveau stagiaire, Sullivan, heureusement. Le Faiseur d’histoire de Stephen Fry — jamais nous n’avions eu autant de demandes de SP de la part de libraires, ça augure a priori plutôt bien d’un possible succès de ce roman. Croisons les doigts. Un beau pavé blanc, sobre de maquette (faut pas effaroucher les tenants de la « littgen »). Et Space opera !, un volume que j’avais envie de faire depuis trrrès longtemps. Dont je venais de parler un peu, la veille, sur France Culture.

Car la veille j’étais à Paris: arrivée sur les chapeaux de roues, pile à temps pour voir le film Star Trek de JJ Abrams à l’UGC de Bercy-Village, en compagnie de Benoît Lagane de France Culture. Chouette film, très amusant, très astucieux, qui pratique un passage en univers parallèle afin de relancer la license. Après cela, bref entretien qui nous permet de déjà brosser les grandes lignes de l’interview de mardi prochain — Lagane prépare une série d’émissions pour cet été, il veut m’interroger sur les séries britanniques.

À l’origine, j’envisageais d’aller voir une ou deux expos, mais en fait celle sur Tati à la Cinémathèque (qui est maintenant dans le bâtiment de Frank Gehry au bord du parc de Bercy) n’ouvre que le 8, et celle sur l’or des Amériques au Museum d’histoire naturelle idem. Bah, tant pis pour les expos. Je mets en oeuvre ce dont je parlais ici l’autre jour: la dérive. Car il y a bien une exposition qui est tout le temps ouverte, et tout le temps fascinante: celle des rues.
Je traverse donc le jardin, sous la haie d’honneur des hauts arbres aux feuillages lourds, puis vais me promener un peu au hasard, guidé seulement par la direction générale des Invalides (vous ai-je déjà confié la fascination que j’ai pour cette sublime coupole dorée?) et l’envie de ne pas passer par des coins que je connais déjà bien.

Un besoin, aussi: cogiter à un pitch pour mon deuxième polar jeunesse pour Mango, Baudou m’ayant suggéré de lui en soumettre un. Au rythme des pas les idées naissent plus aisément. J’alterne donc les moments de « oh quel beau bâtiment » et de « alors voyons, donc Aurélien est convoqué chez le père supérieur et… ». Un peu avant Port-Royal, je croise l’ami Francis Berthelot — de retour de chez sa mère, me dit-il: ces boulevards huppés sont les lieux de son enfance. Plongée vers le cimetière du Montparnasse, que je n’ai jamais visité. Je cherche en vain la tombe de Huysmans, en revanche celle d’Henri Laurens est aisée à repérer (une de ses belles sculptures l’orne), et quant à celle de Baudelaire, elle est squattée par un trio de petites goths qui se prennent en photo dans des poses qu’elles ont dû voir dans Twilight. Le timbre clair d’une cloche résonne plus haut dans l’allée: c’est un gardien qui passe, sonnant l’heure de la fermeture. Je marche encore, lentement, songeusement, jusqu’aux Invalides. Voilà là-bas la coupole qui jette ses feux d’or sur le bleu fragile d’un ciel couvert, d’autant plus lumineuse que les teintes alentours s’éteignent, se grisaillent. Temps de gagner une station de métro, histoire de n’être pas en retard à France Culture.

2 réflexions sur « #1626 »

  1. J’ai mis une demi-heure à la trouver la tombe de Huysmans. Sans intérêt notable, sauf qu’il vienne de la nettoyer. Celle de Baudelaire est sans intérêt non plus. La seule tombe de dandy qui vaut la peine (puisque ce cimetière est celui des dandys), c’est celle du grand Serge.

    Olivier

  2. Tiens tiens, moi j’ai vu l’expo Tati il y a quelques semaines déjà.. J’espère que tu auras une autre occasion de la visiter, ça vaut le détour 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *