#1640

Pour le moment le ciel est un immense bol inversé de couleur plomb, avec une bordure blanche — je ne saurai dire de quel type de nuage il s’agit, n’ayant finalement pas encore lu le guide des nuages que j’ai piqué à Jean l’autre jour. Au coeur de cette masse, un vaste sourire bleu s’ouvre, béat et craquelé, qui éclaire la ville. Il fait bon, frais, et si seulement le rhume des foins ne me démangeait tant ce début de journée serait sans doute idéal.

Depuis mon premier voyage à New York, j’ai pris l’habitude de lire régulièrement le blogue de monsieur RJ Keefe, homme courtois, cultivé et doucement excentrique, un grand patricien new-yorkais que mon oncle m’avait fait rencontrer. Je découvre aussi son site, à l’organisation mystérieuse mais aux entrées d’une fascinante intelligence. Je viens d’y tomber sur cette phrase superbe de modestie et d’humour: « Avoiding achievement has left me with plenty of time for thinking ».

Quittant mon oncle l’autre matin, justement, je lui disais que je n’allais pas remonter à Paris d’ici septembre. Erreur: voici que j’apprends qu’il y a le 27 juin un triple concert benefit pour le bassiste Hugh Hopper, qui hélas est très malade. Il s’agit d’un vieil artiste formidable, ex bassiste en particulier de Soft Machine, qui ces derniers temps vivait à Paris. Je ne veux pas rater ces trois concerts de reprises de morceaux d’Hopper par trois groupes français avec lesquels il a bossé. Deux fois ai-je vu Hopper: une fois sur scène, et une fois dans la salle — au Triton, le club de jazz-rock des Lilas, où est organisée cette soirée. J’ai même eu un jour une lettre du monsieur, me remerciant pour la chronique que j’avais fait de son très bel album Loops. C’était sur le site musical lancé par mon ex coloc, site hélas abandonné et détruit, je le regrette fort, c’était une expérience très intéressante — et je n’ai plus la lettre de Hugh Hopper, qui était restée sur leur serveur, flûte.

Lu le Chronic’art de mai. C’est moi qui suis grognon ou l’expression « la science-fiction française vivote » est tout de même fort maladroite, limite insultante? Bon, on supposera qu’ils ont voulu bien faire. Et puis ils vont chroniquer Zombies ! dans leur prochain alors je ne vais pas cracher dans la soupe. Je ricane tout de même un brin de les voir redécouvrir Goblin, groupe italien de prog balourd. C’est rigolo, Chronic’art. Très sympathique et souvent très (trop?) vert, un peu naïf, mais le coeur du bon côté: des gens qui essayent de faire connaître Derek Jarman ou Jacques Spitz aux djeun’s d’aujourd’hui ne peuvent qu’avoir mon approbation.

2 réflexions sur « #1640 »

  1. Si tu viens à Paris le 27 juin, sache qu’il y aura une soirée ActuSF/Bifrost la veille. Si jamais, j’y serai très certainement…

  2. je n’ai pas encore défini mon emploi du temps, mais je ne suis pas certain de pouvoir venir dés le soir du 26. en revanche j’irai faire une bise à Ugo Bellagamba chez Scylla le lendemain!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *