#1682

Journée déviante. Suis allé hier me promener à Évian, en compagnie de mon copain Fabrice Méreste et de son amie Anne-Sophie. Fascination bleue du lac Léman, expo Rodin au Palais Lumière, déjeuner d’un filet de Féra (un poisson du lac, ma foi très goûteux), thé à la pomme en terrasse, promenade dans la rue principale. Le siège social de la société de l’eau d’Évian est le plus grand et somptueux bâtiment art nouveau que j’ai jamais vu — impressionnant. Le Palais Lumière est également un très bel édifice, fort chic avec sa longue façade, ses fresques d’entrée à la Puvis de Chavanne, ses fontaines intérieures et sa haute coupole métallique. Belle exposition, bien sûr — son intérêt résidant notamment dans le fait de démontrer comment Rodin était un artiste aux motivations très commerciales, qui réutilisait en permanence ses figures, les redisposait autrement, les transposait dans d’autres formats et/ou d’autres matériaux. De même que Balzac écrivait de manière alimentaire, Rodin vendait des tirages de ses sculptures pour la déco des appartements, créait des vases, faisait même ce que l’on nommerait aujourd’hui du design (jardinières, salières, etc). Il me semble sain de montrer ainsi les liens du commerce et de l’art, de ne pas ériger des créateurs anciens en purs esthètes alors qu’ils subissaient les contraintes de la production industrielle et d’une société déjà « de consommation ».

2 réflexions sur « #1682 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *