#1738

Cela ne concerne jamais qu’un verre d’eau, bien sûr, mais la tempête qui en agite la surface ces derniers jours m’interpelle, me parle. L’autre week-end, au salon de Lambesc, je constatais avec intérêt que d’aucuns se définissaient comme « écrivain de science-fiction » quand d’autres se pensaient tout simplement « écrivain ». Et voici que Fabrice Colin vient justement de s’exprimer sur ces questions d’identité de genre (« À l’occasion, il faut quitter pour exister, se jeter à l’eau pour comprendre qu’on sait nager. Sans la SF, je ne serais pas là aujourd’hui. Avec la SF, je n’irai jamais très loin ailleurs », dit-il en conclusion), accompagné par Daylon (« Ce n’est pas tant la fin de l’underground science-fictif que sa mise en réseau avec une constellation d’autres milieux insulaires. Tous ces petits laboratoires que nous avons cru à jamais invisibles les uns aux autres », dit-il en conclusion) et par Systar.

Rien à voir, mais faisant également un usage judicieux des petites cellule grises, une conférence d’Ugo Bellagamba sur le space opera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *