#1837

Lu un essai sur « la droite littéraire après 1945 », Le Soufre et le moisi de François Dufay. Titre culotté pour une étude que je ne peux lire qu’en ricanant régulièrement et parfois en grimaçant, sur la manière dont deux vieux collabos des plus odieux, Paul Morand et Jacques Chardonne, furent soutenus par les jeunes gens de la littérature parisienne d’après-guerre. J’ai pas mal lu Morand, que j’admire stylistiquement et dont les voyages sont fascinants, son regard et son sens de la description sont étourdissants ; en revanche ses histoires polissonnes et futiles ne m’inspirent qu’un complet ennui, quant à Chardonne, rien que d’entendre évoquer des récits sur les couples bourgeois, que ça a l’air ennuyeux. Mais au moment où nombre de ministres sont issus tout net de l’extrême-droite, il est très intéressant, instructif et affreusement fascinant, de voir comment roulait la machine littéraire droitière dans les années 50-60 — tous ces auteurs dont Bernard Pivot il n’y a pas si longtemps faisait les vénérables invités de ses émissions, quand ils étaient devenus à leur tour des vieillards aigris.

4 réflexions sur « #1837 »

  1. ahhh, mais il faut completer cette lecture de l'excellent bouquin de mon ami JY Mollier « Edition, presse et pouvoir au XX e siècle, dont une bonne partie est une enquête sur l »édition pendant l'occupation. C'est édifiant…
    am

  2. C'est un peu court jeune homme! J'imagine que les vieillards aigris de droite dont tu veux parler sont Roger Nimier, Antoine Blondin, Michel Déon, Jacques Laurent, François Nourissier. Or certains n'ont jamais été des vieillards (Nimier, Blondin, Laurent), morts trop jeunes, d'autres ne sont jamais devenus aigris (Déon), reste Nourissier qui est vieux mais certainement beaucoup plus complexe que ce raccourcis le laisse entendre. Et tous, mais alors vraiment tous, sont d'excellents écrivains, au style impeccable. En outre à part Déon et Nourissier les autres n'ont guère fait la queue à une des émissions de Pivot.

  3. mon cher tonton droitiste, si si: Blondin et Laurent aussi passaient à Apostrophe, émission que je suivais de près autrefois. il y eut même un documentaire tout entier consacré à Jacques Laurent. l'homme m'avait frappé par sa prétention faite de cynisme et d'aigreurs, il m'avait été fort antipathique. Apostrophe me fascinait pour l'espèce de piédestal qu'il représentait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *