#1928

Simenon continue d’accaparer la majeure partie de mes lectures du moment, tant je trouve que sa prose douce et en demi-teintes convient bien à la saison. Lu tout de même aussi deux Veronica Stallwood (du polar « cosy » situé à Oxford, j’aime bien la lire de temps en temps), et je navigue aussi chez Maupassant — avec en arrière-pensée le nécessaire retravail profond de mon Arsène Lupin, une fois encore. Étonnant comme ce sujet se vend bien. Comme je viens, avec Xavier Mauméjean, de repenser la Bibliothèque rouge (nouveau départ au volume 20, en février), que Sébastien Hayez vient d’en concevoir les nouvelles couvertures, et que j’avance tranquillement dans la nouvelle mise en page aussi, eh bien, il n’était pas question d’en rester au seul Sherlock Holmes, une vie. D’autres volumes de la collection sont épuisés ou en voie rapide de l’être. Hercule Poirot, Arsène Lupin, Jack l’Éventreur… Alors je réfléchis aux réécritures nécessaires, afin de mettre ces sujets au niveau de nos ambitions renouvelées. D’où Maupassant, donc, où prendre quelques éléments pour le Lupin. Alexandre Mare m’a aussi conseillé Le Voleur de Georges Darien, que j’ai tout de suite trouvé chez mon bouquiniste favori et que j’ai entamé — c’est d’une prometteuse ironie. Acquis aussi une bonne pile d’ouvrages divers autour de la Belle Époque, tant qu’à creuser le sujet. Je fouille, je cogite — succulent boulot de recherche et d’enrichissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *