#5126

Dès que l’heure d’hiver entre en rigueur, et c’est bien le terme, m’assaille l’impression d’une nuit débordante. Les rues chargées de plomb, le jardin livré aux ténèbres, et avec le vasistas clos contre les premiers frimas, pas même la rumeur ferroviaire pour alléger un peu la solitude d’un week-end immobile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.