#116

Pins parasol, eucalyptus, cheminées et orangers.

Pour faire comme Jean et Alexander, mes cinq endroits idéaux… Pas spécialement par ordre de préférence, juste comme cela m’est venu en tête.

– Rome (Italie): une orangeraie transformée en jardin public, sol de sable & bancs anciens, s’achevant en élégante terrasse en pleine vue du Colisée. Vieux souvenir, je ne connais même pas le nom de cette orangeraie…

– Londres (Angleterre): le large panorama des bords de la Tamise, vu depuis la baie vitrée d’une salle de lecture du Tate Modern. Sans doute l’un des plus beaux « tableaux » de ce musée… Comme une immense photographie vivante, dominée par la coupole de St Paul.

– Sorrento (Italie): la vue plongeante sur la Baie de Naples depuis le petit village de Sorrento, littéralement agrippé à la pente. Verdoyance des pins, la montagne plonge directement dans la mer, d’un bleu parfait.

– San Francisco (Californie): allongé sur une pente du Mont Davidson, une vue magique, l’impression de voler au-dessus de la ville. Les petites rues de Buena Vista se tordent sur les pentes en bas des Twin Peaks, droit devant une arrête boisée nommée Glen Canyon Park est envahie d’habitations, des bus scolaires jaune-orange partent d’un gymnase, les buildings de Downtown se détachent en gris sur le fond bleu brumeux de la Baie, à l’entrée de Bay Bridge scintillent les capots et les pare-brises des voitures, on croirait voir un documentaire légèrement accéléré. Sur la droite, les quartiers de Mission et de Potrero alignent impeccablement leurs rues, jusqu’au port. À l’extrème-droite, s’étendent les terrains de l’université, puis les montagnes arides de San Bruno.

– Lucia (Californie): la côte entre Monterey et Los Angeles — très découpée, souvent rocheuse, les montagnes sont couvertes d’une végétation sèche, quelques cactus, mais surtout des succulentes, des eucalyptus tordus, et toujours les mêmes herbes jaunes, couvrant toutes les pentes comme une sorte d’angora beige. Et du côté de l’océan, de vastes plages, des étendues d’herbes sauvages (trop vertes: marécage?), des galets, un pélican… Jamais vu un paysage aussi sauvage auparavant, l’impression de me trouver dans un documentaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *