#199

Sympa & inhabituel (pour moi): vendredi soir, je suis allé à Bourg-en-Bresse participer à un « café littéraire ».

C’était Roland Fuentès, le rédac’chef de la revue Salmigondis, qui m’avait invité. En me précisant que pour mon transport, je pouvais peut-être m’entendre avec Jean-Jacques Nuel, qu’il avait aussi invité & qui habite… à deux pas de chez moi! Je m’entendis donc derechef avec monsieur Nuel (un émérite revuiste, dont j’ai très souvent lu la rubrique dans Écrire & Éditer, le magazine du CALCRE, & aussi un nouvelliste fort prolifique, que l’on peut lire dans un peu toutes les petites revues littéraires — tout comme Roland Fuentès également, d’ailleurs). Et vendredi soir nous partîmes de Lyon pour Bourg.

En dépit des craintes de J.J. Nuel, nous trouvâmes & Bourg & le café littéraire sans le moindre encombre — avec même une facilité assez déconcertante. Si aisément, en fait, que nous étions les premiers. Une petite dame à la voix hésitante & grinçante de bibliothécaire poussiéreuse commença à nous poser des questions (une autrice locale & régionalisante, ai-je cru comprendre), Jean-Jacques sortit de son cabas divers revues littéraire — ah oui, oups, j’oubliais de préciser: le sujet du débat de ce soir était « les revues littéraires ».

Fascinante multiplicité & beauté de toutes ces revues — tiens, mon copain Jonas Lenn a publié dans Place aux Sens? (quel titre!)

Enfin arrivèrent Roland Fuentes & Philippe Gindre — ils s’étaient paumés, pas pris la bonne sortie d’autoroute. Première fois que je les rencontrais — du moins, je crois: Roland Fuentes, un grand gaillard brun, je suis certain de ne l’avoir jamais vu auparavant, mais bizarrement j’eu l’impression de déjà connaître Philippe Gindre: ce visage jeune avec d’épais cheveux grisonnants tirés en catogan, ces pattes de sourire aux coins des yeux — impression de déjà vu? Deux individus très sympathiques, en tout cas — ah, j’adore faire de telles rencontres!

Un cinquième intervenant, invité surprise de dernière minute, nous fut présenté par Roland: William Schnabel, le responsable du Gerf (« groupe de recherche sur le fantastique », une structure universitaire de Grenoble qui mène des recherches sur la littérature fantastique & publie Iris, une revue d’étude ayant la réputation d’être de qualité & accessible car pas trop jargonante). Un grand monsieur un peu timide, à l’accent charmant.

En fait de débat, il s’avéra tout de suite que les intervenants allaient être aussi nombreux que les membres de l’assistance: cinq personne, c’est tout… Pas terrible… :-S

Nous présentâmes à tour de rôle nos revues & nos bouquins, parlâmes de nos activités littéraires… Philippe Gindre s’occupe de la revue Le Codex Atlanticus & de la petite maison d’édition y afférante, la Clef d’Argent. Amusante majorité des « littératures de genre » alors que d’ordinaire les revues littéraires de France & de Navarre s’occupent plutôt de Littérature avec un grand L (?) ou de poésie, bref se situent plutôt dans le champ de la « culture officielle »… Tandis que Salmigondis est une revue très ouverte, prônant volontiers le mélange des différents genres, que mon propre Yellow Submarine se préoccuppe de SF & de fantasy, et le Codex Atlanticus comme Iris de fantastique. Seul mon voisin Jean-Jacques Nuel représentait donc ce soir-là une certaine « orthodoxie » littéraire… 🙂

Audience ou pas, cette excellente soirée fut très bavarde — cinq revuistes faisant connaissance ont forcément des tonnes de choses à se raconter — et s’acheva fort tard (fort tôt, de fait!), après un bon repas offert par le patron du café littéraire. Qu’il fut bon mon lit, lorsqu’enfin vers 3h du matin ma tête heurta mon oreiller…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *