#218

J’ai enfin reçu Étoiles Vives n°9 — le dernier volume d’une petite anthologie périodique, que je dirigeais depuis son 7e tome. Et le premier dont j’avais véritablement sélectionné, seul, la totalité du contenu.

Hélas, l’éditeur (ou plutôt: le nouvel éditeur, puisque la boîte a été reprise en main) a décidé de mettre un terme à cette antho. Dommage. Ça m’attriste: j’aimais beaucoup m’occuper de ce support-là, & je demeure persuadé qu’il était fort utile au sein du milieu éditorial SF&F français. J’en veux pour preuve le nombre effarant de nouvelles que j’avais accepté pour le défunt projet d’Escales 2002 (kill Vivendi die die die) & pour la suite des Étoiles Vives (car le volume 10 était déjà bouclé!), qui n’ont toujours pas trouvés preneurs ailleurs… les débouchés pour les nouvelles ne sont pas si nombreux que ça, & en particulier les débouchés pour de la science-fiction, en fin de compte.

Anybody out there pour (me) financer le lancement d’un autre support?!? :-S

Well, sinon j’ai aussi reçu le nouveau Bifrost, une petite revue que j’aime vraiment bien & qui propose notamment cette fois deux pavés passionnants: un long entretien avec le dirlit & traducteur Jacques Chambon (des souvenirs à la fois touchants & pertinents pour l’amateur de littératures de l’imaginaire), & un copieux article de réflexion par Francis Berthelot sur la notion de « genre » littéraire, sur la bipolarité littérature savante/littérature profane, & sur le rejet mutuel des littératures réalistes & de l’imaginaire. Une approche forcément (trop) shématique, vu la place qui lui est impartie, mais c’est le brouillon d’une réflexion plus large, encore trop peu menée jusqu’à présent — en fait, c’est même l’esquisse d’un essai que Berthelot écrira peut-être un de ces jours pour la collection « Folio-SF ». Deux essais (dans la lignée de la série qui a vu sortir mon propre Cartographie du merveilleux & verra paraître le mois prochain le guide de Patrick Marcel sur les fantastiques) sont envisagés depuis un moment sur ces questions-là, l’un par Berthelot donc, qui scruterait la littérature françaises depuis ses origines, & un autre par moi-même, plutôt axé sur la littérature anglo-saxonne récente pratiquant la « fusion » des genres. J’espère que ça pourra se faire un jour…

Anyway, cette étude & cet entretien font du 26e Bifrost une lecture intelligente & nécessaire. AMHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *