#232

Very weird indeed, l’intro par John M. Ford du recueil de Gaiman, Adventures in the Dream Trade… Limite incompréhensible, par endroits. Non: pas limite, carrément. Et pourtant complètement marrante, aussi drôle & lumineuse à certains endroits qu’elle peut être private joke & obscure à d’autres… J’adore par exemple lorsque Ford déclare que discuter en même temps avec Terry Pratchett & Neil Gaiman est un exercice auquel même Peter Sellers ne pourrait pas se livrer sans assistance technique!

Et cette perle de sagesse sans pitié, magnifique: A staggering number of people who wants to be writers do not seem to like words very much. They want to produce a kind of pH-neutral prose, usually described as ‘transparent,’ that simply generates fully nuanced scenes in the reader’s mind without, well, the damp and wriggly bits, and are convinced that was how James Michener and Lev Tolstoi did it, adding two fingers of the best straight up for Hemingway.

Oh, and by the way, un correspondant me demandait hier où dénicher ce bouquin? Well: pour ma part je l’ai commandé à la librairie DreamHaven de Minneapolis, où je commande tous les mois une ou deux nouveautés — non seulement ils ont un excellent choix, très ouvert, mais ils sont également éditeurs (notamment d’un précédent recueil de Neil Gaiman), ils proposent régulièrement des exemplaires signés, et sont absolument adorables: leur responsable fantasy, Elizabeth, m’a été d’une aide précieuse (et même: indispensable) pour la réunion des nombreux bouquins qui me manquaient pour mes lectures/recherches en vue de la Cartographie du merveilleux. Je leur avais déjà acheté pas mal de bouquins, neufs ou d’occase, quand un matin je reçois un mail d’Elizabeth me disant « J’ai bien reçu votre nouvelle liste, on a pas mal de titres disponibles en occasion, mais attendez encore un moment, je vais aller faire le tour des bouquinistes de Minneapolis et je vous recontacte cet après-midi. » Au mail suivant, elle avait effectivement déniché quasiment tous les titres qu’il me fallait! (une des rares exceptions, tiens: The Dragon Waiting de… John M. Ford, que je n’ai toujours pas)

Mais sinon, je vois que l’éditeur, l’association NESFA, a aussi un website.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *