#291

J’adore les plantes. Je rêverais d’installer mon bureau dans une serre — pas une serre chaude, hein? je n’aime pas la chaleur. Non: dans ce que l’on nomme une « serre froide », une serre de plantes tempérées, quoi. Just imagine! Taper sur l’ordi au milieu d’arbustes, le feuillage doucement odorant d’une tomate à ma droite & les tortillons rugueux d’un potiron à ma gauche — *soupir*…

Bon, ce n’est pas le cas. Alors j’entasse des tas de plantes aux abords de l’ordi, juste sous la fenêtre. Jean-Philippe Peyraud m’a dit un jour que j’avais une fenêtre à la Sempé — rapport aux grandes plantes qui l’encadraient & au chat collé devant. Well, c’est maintenant plutôt devenue une fenêtre à la Indiana Jones. J’exagère, oui, mais suis assez content de ce fouillis végétal. Regret: plus de place! Il faut que je laisse un petit passage dans la jungle pour que les chattes accèdent à la fenêtre sans tout renverser (j’aime bien, parfois, sentir soudainement la senteur poivrée de la menthe qui s’élève dans la chambre: trahissant un félin qui s’est glissé sur la tablette); et j’ai également commencé à envahir la surface du bureau, tout au bord. Et juchés quelques cactus sur l’étagère au-dessus, à la place des dicos. Trop peu de fenêtres, dans cet appart, et trop étroites: pas assez d’opportunités pour la verdure, à mon goût.

Tiens, un vieux fantasme — même style que celui de la serre/bureau: les maisons/serres de Buckminster Fuller. Une grande structure géodésique comme les aimait Fuller, transparente, abritant la maison — pièces découpées par des parois au sein de la grande bulle. Avec possibilité d’y inclure un petit arbre, par exemple et/ou un bout de pelouse, un buisson… Ni tout à fait dedans ni tout à fait dehors: une belle idée. Fort peu pratiquée, of course.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *