#339

(à propos de Renoir & de Durand-Ruel, tous deux âgés de 79 ans en 1910) « À leur âge, ils continuaient à avoir une haute idée non de ce qu’ils faisaient mais de ce qu’ils pourraient faire un jour. Paul Valéry, qui avait parfaitement pointé tout cela, y décelait le véritable orgueil, antidote de toute vanité. Mais il souhaitait à ces hommes-là de demeurer toute leur vie poursuivis par leurs spectres car un artiste qu’une présence de cette intensité a déserté devient un être inhabité promis à un destin de terrain vague. »

(Pierre Assouline, in Grâces lui soient rendues – Paul Durand-Ruel, le marchand des impressionistes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *