#352

La maison du sommeil

De la chambre d’Olivier s’échappe un souffle régulier, puis des froissements de draps, et le grognement décidé du dormeur replongeant tête baissée dans le sommeil.

Provenant du salon, une vibration ample & cadencée emplie l’appartement : Gianji dort en mélopée.

Enroulée sur mon pied droit, Drusilla ne bouge pas.

Nina lève la tête, pousse un petit cri, vient se blottir sous mon bras, ronronnante.

L’heure? Bah. Dodo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *