#430

Instant lucide

La respiration laborieuse, je tente de saisir un air devenu si immobile qu’il me pèse. Lové nu sur l’étendue des draps froissés, j’ai l’impression de me transformer en créature fossile, chair friable & sèche, un trilobite nocturne calcifié non par les éons mais par la chaleur. Respirer, respirer. Le moindre pore crie sa douleur, s’épuise & pègue.

Levé, je me penche à la croisée — la balustrade elle-même semble pulser, faible brûlure, quant à la caresse d’un souffle de vent elle n’est qu’illusoire, trop douce, trop chaude. Une barre d’une indistincte blancheur souligne l’horizon, clarté blafarde de la gare ou aube engluée sous le ciel lourd? Point de lune, nuées brouillées, la ville halète, oppressée, que même la nuit ne sait plus délivrer…

…cependant que, dans la touffeur du salon, les lambris en pin brut pleurent encore quelques larmes de résine & que trottent de minuscules fourmis noires, sur le plancher, subreptices…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *