#480

« Dring » à la porte ce matin: un gros sac en toile de jute, marqué d’un M-BAG délavé. C’est ainsi qu’arrivent les colis en provenance de chez DreamHaven Books, la librairie de Minneapolis auprès de laquelle je me fournis le plus volontiers en nouveaux ouvrages de SF & fantasy.

Et cette fois plus que jamais j’attendais la livraison avec impatience — sachant que cela peut prendre jusqu’à deux mois. Pensez donc: le nouveau roman de mon idole, Charles de Lint; le nouvel album illustré de Neil Gaiman & Dave McKean; & puis, last but not least, le seizième Year’s best Fantasy & Horror de Datlow & Windling — dernière année où Terri s’en sera occupée, en plus.

Pour autant, je n’ai pas passé ma journée à bouquiner — j’aurais bien aimé, mais outre que j’avais du travail sur la planche concernant la maquette du prochain Yellow Submarine, ainsi que deux fiches de lecture à faire pour Denoël, je devais aussi & surtout rendre visite à un ami à l’hôpital.

Pour ce faire, j’ai pris le chemin des écoliers. Il faisait si beau, aujourd’hui, avec un de ces cieux automnaux d’un bleu translucide à peine voilé par quelques fils de coton blanc. Je flânai donc par les rues & les avenues, glânant toitures de guingois & céramiques de façades, passant par une « rue des prévoyants de l’avenir » (?!) puis par une « rue Jules Vernes » (voilà qui est sympathique), faisant un crochet par un kebab, louvoyant par les petites artères de Montchat, louchant sur les petites demeures bourgeoises & le haut des arbres dans les jardinets. La colline passée, de l’autre côté du boulevard, l’hôpital neurologique étale le vaste dédale de ses bâtiments sans identité. Au retour, nouvelle errance dans Montchat — j’adore ce quartier, en fait encore presque un village au bord de la ville, qui a su préserver une bonne part de son charme provincial. Entre petites maisons, beaux jardins, artères commerçantes feutrées, anciennes usines pas encore tombées (j’y ai cueilli des fleurs) & voie ferrée en friche, Montchat est un peu tout ce que Villeurbanne a oublié, n’a pas su conserver, pas su protéger des entrepreneurs de grandes barres interchangeables & d’anonymat ennuyeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *