#520

Hier le jour s’est tôt achevé dans un écroulement de gris sur gris, les toits se fondant dans un nocturne à la Whistler. Aujourd’hui, la blancheur des nuées basses couve des crachins irritants & la fumée de la boulangerie s’étale en brouillard jusqu’à gommer les tuiles vernies d’humidité. C’est d’un fog à la Monet que la ville a emprunté le manteau, tandis que le grésillement d’une goutière rythme mon humeur maussade.

Au dehors, conversation, « Et pis j’lui dis quoi tu me cherches, tu m’insultes maintenant? » — chaque fois que je capte des bribes de discussion entre beurs il me semble qu’ils ne passent jamais leur temps qu’à se relater & mettre en scène des conflits. Une grande gigue au teint ultra-carotène croise une petite maigreur en grosse fourrure brune: « Ça va? Et toi ça va? Moi ça va. Et toi, ça va? » — j’ai l’impression qu’avec le téoula, le sava est devenu l’un des leitmotivs des rapports sociaux, le va-tout des amitiés creuses qui n’ont rien à se dire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *