#525

Il sera dit que je me lève tôt, ces jours-ci. Ce matin, ce fut vers 8h — réveillé, mais par quoi? Du diable si je le sais. Le silence, je crois bien. Le silence de la neige, qui tombait doucement mais assidument, couvrant déjà les toits d’un duvet blanc. Las, à l’heure où j’écris ces lignes il n’y a plus rien.

Que lis-je en ce moment? Eh bien, notamment de la fantasy française. Et du polar anglais.

La première, c’est en vue d’un article que j’essaye de trousser sur la question — pas chose aisée, lorsque l’on sait quelle avalanche la production représente depuis quelques années en la matière. Je dois donc revendiquer ma subjectivité & effectuer des choix, ne parler que de ce qui m’attire réellement… Mais même ainsi, j’avais bien du retard. Je picore donc actuellement dans plusieurs romans à la fois: Sardequins de Philippe Monot (heureuse surprise, léger & excentrique à souhait), un Catherine Dufour (emprunté mais pas encore commencé), Le double corps du roi de Bellagamba & Day (belles plumes mais intrigue trop violente pour être tout à fait ma tasse de thé), un Sanvoisin pour ados, le premier Érik Lhomme idem…

Quant aux polars anglais, c’est d’une passion personnelle qu’il s’agit. Dans l’idéal, ce que j’aimerais trouver c’est un auteur qui soit à la fois très littéraire (style), très classique (enquêtes à la Agatha Christie, pour simplifier) & très anglais (décor londonien si possible)… J’ai déjà trouvé mon bonheur avec Cyril Hare (mais hélas ses romans ne semblent plus disponibles), avec Colin Dexter (les enquêtes de l’inspecteur Morse) et avec Nicolas Freeling (enquêtes amstelodamoises). Mais je continue à farfouiller parmi la multitudes d’auteurs de polar… Ainsi, je viens de lire un Douglas Hill — sympa, amusant, bien fichu, mais aucun style hélas —, un Anne Perry — du faux victorien, fort bien fichu & bien écrit, avec la psychologie en plus — & je commence un Martha Grimes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *