#550

De nouveau sous le charme: revu hier soir le dessin animé coréen Mari Iyagi… Du pur merveilleux…

Tiens, je me cite moi-même: « Graphiquement, on se croirait un peu dans un album du Père Castor des années 60: des aplats de couleur, un dessin naïf sans trait, des effets de manque de perspective — le tout allié à une 3D parfaitement fluide, cela donne des effets paradoxaux étonnants, d’une rare grâce esthétique. Quant à l’histoire… Lente, contemplative, doucement nostalgique, emplie d’une magie subtile qui doit à la fois aux tableaux surréalistes, à Totoro, à l’Histoire sans fin, à Peter Pan — et par-dessus tout au graphisme pour enfants des sixties… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *