#674

Cette nuit, j’ai pris un coup de jeune. En effet, j’ai rêvé que j’étais toujours au collège. Il s ‘agissait d’un bâtiment blanc et bas, logé au sein d’une petite ville sous les pins. Les blocs d’immeubles bas, aux façades couvertes de bardeaux en bois sombre, semblaient semés un peu au hasard sur les ondulations d’un terrain littoral, au sol de sable que jonchaient les aiguilels de pins. Les arbres, bien plus hauts que les immeubles, couvraient presque complètelment le ciel de leurs frondaisons sèches et sombres.

Nosu revenions d’un voyage en car, c’était la fin d ‘année. J’étais passablement amoureux du p’tit nouveau de la classe, un prénommé Yoann, au visage mince et aux yeux timides sous une tignasse brune ébourriffée. Dommage que nous soyons à l’orée des grandes vacances car je n’allais plus le revoir avant longtemps, regrettai-je. D’autres de nos camarades décidaient d’improviser un concert de fin d’année, avec Johan Heliot qui se débrouillait drôlement bien à la guitare électrique et plutôt pas mal au chant, un autre copain avait une clarinette, mais par contre le jeune Yoann n’était pas très bon flûtiste. Notre prof principale n’était autre que ma copine Mireille. La musique enflait, montait, répétitive comme un morceau à la Mike Oldfield.

Je logeais dans une vaste demeure, ancienne, que je savais être la maison du bief. Mais je ne me souvenais pas réellement de ce qu’est un bief. C’était chez Mireille, aussi, et la maison historique servait également de musée, puisque je voyais par la porte entr’ouverte du salon un groupe scolaire en visite. Certains des mômes faisaient des glissades sur le parquet brillant, vite admonestés par leurs accompagnateurs. Au-dehors, un canal coulait à la place du macadam, mais des maisons s’alignaient le long des trottoirs, comme dans une rue ordinaire. Il y avait même une palissade de terrain vague, derrière laquelle se levait le soleil, dans un ciel très bleu. De la neige brillait sur le dessus des lampadaires, et je me demandais à quoi pouvait ressembler une plage enneigée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *