#719

>> Paris Sibérie (1)

Les matins d’hiver, la ville acquiert une texture presque translucide, qui tient autant au bleu fragile du ciel qu’au froid à peine suffisant pour raider les doigts des passants. pourtant, depuis le onzième étage de la tour, Paris semble fait d’os séchés, les facades blanches et les toitures délavées par le soleil immobiles sous l’estompe gris-azure de la pollution atmosphérique.

Seul mouvement, celui d’un panache de fumée dans le lointain, blanc clair sur blanc sombre, issu de la flèche steampunk d’une haute cheminée de chaufferie qui s’érige à côté de la brillance cyberpunk d’une immense enseigne Suzuki.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *