#733

>> Intermède du week-end: un salon du livre à Bagnols-sur-Cèze

Dans le paysage javellisé par le froid, le poste d’aiguilage de la Guillotière surgit de la brume tel une forteresse médiévale. Sa carrure orangée s’impose un instant puis disparaît à nouveau, gommée par le flou hamiltonien du petit matin. Surgit un second poste d’aiguillage, château pâle, qui s’estompe également, ne laissant dans le coton du ciel tombé à terre n’émerger que la brillance des rails, qui s’affolent et s’enfuient.

Un soleil rose de douce apocalypse apparaît brièvement au-dessus de l’horizon filigineux pour peindre de jaune un décor de prés gelés, découpant chaque branche morte d’un filigrane d’or avant de sombrer encore dans la fumée.

La longue ligne orange d’un autorail immobile paraît rongé d’une rouille blanche. Passé la ville, le soleil s’impose enfin, qui ne fait que caresser des paysages de givre et d’absence, la campagne poudrée de brouillard, le poil sombre des forêts, la chair blafarde des prairies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *