#758

6h du mat’ ou dans ces environs. De l’autre côté de la vitre le ciel a coulé sur les toits, laiteux, la ville en pers, plate et froide. Je respire le bleu fragile du petit matin. Sur la cheminée de la boulangerie, le tourniquet lance des étincelles douloureuses. Le parquet brille aussi, ciré par la lactance qui s’écoule par l’étroite fenêtre du salon. Les trilles matinales des oiseaux, claires et acides, sont couvertes un instant par des croassements, sombres et ouatés. Assis un instant, je souffle, m’étire — encore un fichu cauchemar, dont je me suis tiré en sursaut. J’me fais trop d’films. Cette fois un vrai polar. Des tiraillements dans le cou et les yeux plein de sable, je retourne dormir. Si possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *