#841

Méta-références: dans un épisode récemment rediffusé de la série britannique Les règles de l’art, bel hommage à Agatha Christie puisque l’intrigue se déroulait sur Burgh Island, l’île-hôtel des « Vacances d’Hercule Poirot » et des « Dix petits nègres ».

En train de lire Unstable Molecules, chouette manière de réinventer les Fantastic Four en imaginant qu’ils étaient inspirés d’individus réels — la préface de l’auteur est un joli modèle de mauvaise foi/fiction. Il s’agit donc de la biographie réaliste des Fantastic Four. La transformation « mundane » des super-héros est très « tendance », néanmoins James Sturm a fait ça très bien — quant aux dessins, ils sont de Guy Davis, l’ex-illustrateur des Sandman Mystery Theatre, donc j’adore. Et puis une telle approche rejoint de réjouissante manière celle que j’ai adopté, avec mon camarade Mauméjean, pour les livres sur Lupin et Holmes que je (re)boucle actuellement.

Dans l’intro rééditée de Lee & Kirby, un bel exemple d’anti-communisme primaire:

commies

2 réflexions sur « #841 »

  1. Hé, que veux-tu, le père Stan Lee était convaincu que les Cocos étaient le pire ennemi qu’on puisse donner à affronter à des super-héros!

    Alors que Kirby avait déjà laissé tomber le filon avec FIGHTING AMERICAN, bien des années plus tôt, transformant l’anti-communisme du discours initial en grosse bouffonnerie.

    Et encore, dans FF, ça va. Dans IRON MAN, c’est quasiment dans chaque épisode que les méchants Cocos menacent le monde.

  2. les « méchants cocos » ?
    le goulag soviétique (des dizaines de millions de morts faut-il le rappeler?), la « révolution culturelle » et sa boucherie humaine, Pol Pot et son « auto-génocide », les régimes totalitaires cubain, coréen, polonais, tchèque…

    Et après on vient nous dire ou laisser entendre qu’il y a pas eu de menaces sur le monde ? Il est vrai qu’en France nous avons la « chance » d’avoir le seul Parti Communiste d’Europe…
    Le Communisme est un Nazisme qui n’a pas été vaincu par la guerre.
    Tout cela explique sans doute la légereté avec laquelle on en parle en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *