#1050

Pour une fois, j’ai rêvé que j’habitais à Lyon — dans une autre maison, je veux dire. Lorsque je lui en ai parlé, mon coloc m’a dit que je semblais souvent rêver d’habiter ailleurs. c’est sans doute vrai. Rêves de grandes maisons entourées d’arbres… Cette fois, apparemment c’était en haut des pentes de la Croix-Rousse. Une belle demeure de type années 30, comment dire? Je ne sais comment s’appelle ce genre de maisons: toutes en lignes droites et cannelures, toit en terrasse et grandes fenêtres. Il y avait trois étages, et au dernier, une vaste terrasse, sous une canopée de pins maritimes. Étonnant comme j’explorai tout le plan, bien dessiné dans mon esprit. La petite chatte Jabule était là, aussi, venue visiter avec nous: elle gambadait de pièce en pièce, visiblement heureuse. Il n’y avait que la déco en chinoiseries du petit salon du rez-de-chaussée, sous l’escalier en colimaçon, qui était du plus mauvais goût. Le soleil couchant allongeait les ombres et roussissait la terrasse. À travers les arbres, on distinguait la colline de Fourvière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *