#924

Après les imbécilités galopantes de Morvan et le trait caoutchouc/cinoche de Munuera (ce ne sont pas des compliments, sous ma plume), dire que la lecture des Géants pétrifiés de Yoann et Vehlmann fait du bien est un doux euphémisme.

Bon sang que cet album est excellent! Je ne regrette (un peu) que ce format stupidement trop grand — on voit que cette collec de « one shot » par différents auteurs louche fortement sur le succès des Blake & Mortimer récents. pour le reste, c’est du sans faute. Fabien Vehlmann, de toute manière un scénariste très doué, parvient à parfaitement équilibrer le côté « hommage aux années Franquin » (ah, cette hilarante case où Spirou et Fantasio contemplent avec un plaisir qui n’ose pas dire son nom la déroute des salauds de capitalistes…) et « aventure moderne » (avec un petit côté « La Vie aquatique » pour le scientifique plein de thunes).

Ce qui serait bien, c’est que le succès de cet album enterre Morvan…

En revanche, sur le front de la revue Spirou, je suis furax: leur prétendue « nouvelle formule » consiste en la reprise en feuilleton d’un vieil album de Geerts paru autrefois chez Casterman, en des rééditions de vieilles planches de Boule & Bill et de Gaston, en la sérialisation d’albums parus récemment et, pour couronner le tout, du Schtroumpfisssime de Peyo! J’appelle ça se moquer royalement de la tête du client… Et vais me désabonner illico. Avec une grande tristesse, cependant: je m’étais toujours dit que lorsque je ne serai plus libraire de BD (car je n’entendais pas l’être toute mon existence) je m’abonnerai à Spirou. Et je l’ai fait. Hélas, cette formule à l’économie me dégoûte absolument…

spirou001

4 réflexions sur « #924 »

  1. L’amusant, c’est que, sur un coup de tête, cette nouvelle formule était le premier Spirou que je me sois jamais acheté depuis… 22 ou 23 ans.
    Juste l’envie de voir ce qui se faisait maintenant, à force de traîner sur les blogs de Ak, Kek ou Laurel… C’est sûr que de retomber dans ces circonstances sur du Roba ou du Lambil fait assez drôle 🙂

  2. çui dans elquel écrit Fab Colin? Eh, c’est déjà ça! pas encore vu, ceci dit. Glénat fait aussi de l’auto-promo, avec un album à 1 euro 50… mais Spirou c’est plus de l’auto-promo: c’est de la rétro-promo!! et avec du « pauvre Lambil », en plus, bédé minable s’il en fut…

  3. 2 choses me viennent à l’esprit :
    1/ c’est normal pour une revue de faire voire ce qu’on a déjà vu, leur réédition confirme le mot !

    2/ j’ai vu une pub télé, qui va peut-être bientot passé.
    On y voyais une mère fourrant de feuilles de laurier un poisson, le tout sur des pages d’un Spirou.
    Au bout de 10 secondes le poisson s’agite et rigole : c’est le 1er qui lit qui rit, dis le slogan.
    Comme quoi la nouvelle formule est plus pratique pour cuisiner que comme lecture;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *