#983

Ces derniers jours, j’ai dévoré avec plaisir l’essai Snobbery with Violence de Colin Watson. Une lecture des débuts du roman policier et du thriller, disons de Holmes jusqu’à Bond, mettant en lumière les rapports de ces littératures populaires avec le contexte historique et les préjugés de leur temps. Mon seul reproche sera que Watson s’était penché (l’essai date de 1971) plutôt sur le thriller, ces masses d’absurdités frénétiques pondues par Edgar Wallace, Phillip Oppeinheim, Sidney Horner ou Sax Rohmer, bien plus que sur le polar de l’âge d’or, finalement, qu’il aurait pu creuser bien davantage et au sein duquel beaucoup plus de finesse aurait déniché toute la saveur d’une époque, plutôt que le seul racisme d’une Dorothy Sayer.

Lu aussi quelques bédés. Notamment le premier épisode d’un nouveau feuilleton par Jouvray, une sorte de SF vaguement uchronique entre rire et grincement, bien dans le style de cet auteur épatant. Intéressant principe de publication en 12 livraisons — dans le cadre d’une nouvelle collection, « 32 », chez les Futuro de Soleil. Après Tardi, le feuilleton serait-il la dernière trouvaille commerciale de la bédé? J’en aime bien le principe, puisque le principal handicap de la bédé franco-belge (vis-à-vis du comics et des mangas) demeure sa lenteur de publication.

Niveau perso, un de mes dessinateurs est réapparu, chic alors. Notre bédé va peut-être avancer, enfin. Mon autre dessineux ne semble plus rien foutre, à mon grand dam: tout le scénario est prêt depuis longtemps. Je désespère un peu de jamais parvenir à être publié comme scénariste bédé. Petite annonce: auteur de SF cherche dessinateur(s)… J’ai deux ou trois scénarii dans mes cartons, abandonnés par les dessineux auxquels ils étaient destinés… Et j’espère avancer enfin, cet été, sur un autre projet.

5 réflexions sur « #983 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *