#1180

Et encore une autre conférence. Mais cette fois, à la bibliothèque près de chez moi. Le plasticien Jean-Marc Scanreigh, père d’un de mes meilleurs amis, parla de Picasso — artiste que je n’aime pas particulièrement. Mais avec une approche fraîche et originale: ainsi qu’il nous l’a expliqué après la fin de la conférence, en tant qu’artiste lui-même il trouve qu’à force d’études des oeuvres, celles-ci tendent à se désincarner. Lui au contraire défend la position biographiste (souvent décriée), comme méthode pour ré-incarner une oeuvre, lui redonner de la chair, la présence de l’homme qui était derrière la création. Et cette approche volontairement modeste prend un ton primesautier autant qu’un angle insolite: l’évocation de Picasso dans Paris-Match de 1949 à 1973! Ainsi que ses rapports avec la presse communiste. Le résultat fut plein d’humour, de tendre irrespect, d’érudition et de passion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *