#1327

NYC 2

La rue de notre hôtel a tout du Manhattan de Woody Allen. Et quel repaire hype que le Pod Hotel: dans son lobby ondule un immense canapé, des abats-jour géants orientent la lumière sur un front-desk imaculé, tandis que Joni Mitchell chuchote dans l’atmosphère.La chambre est une mince cellule aux couches superposées en inox, les couvre-lits décorés de motifs cyber. De manière amusante, l’entrée du Pod se trouve coincée entre deux restaurants français, le « Bateau ivre » et le « Montparnasse ». Sur l’autre trottoir, la Sutton Place synagogue, qui fait quasiment face à une boutique en basement d’astrology readings. Le petit jardin Greenacre est en travaux. Des pumpkins s’entassent en devanture des delis.
Petit-déjeuner dans un « diner » non loin: je m’initie au rituel des pancakes avec du bacon croustillant, le tout copieusement arrosé d’un faux miel nommé « corn syrup » et d’un peu de beurre. Avec un café long pour faire couler. Délicieux: je sens que ce rituel va être nôtre pour toute la durée de ce séjour. Jolie immersion dans l’esprit de la ville que de manger du bacon et des crêpes pendant qu’au-dehors le gris du matin s’éveille à un blanc léger et que le feuillage des acacias frémit sous les escaliers de secours. J’ai l’impression que ma B.O. est par Badalamenti. Une cheminée rayée orange et blanc fume abondamment en plein milieu de la chaussée.

Un peu plus tard, au début d’après-midi tandis que je remonte seul la 5e avenue parce que Jean déjeune avec le patricien RJ Keefe, ma B.O. passera à l’Englishman in New-York de Sting, qui m’inspirera la calme vision de The Pond, à l’entrée de Central Park sur la 5e. Au feu rouge de la 63e, une longue file de yellow cabs renforce l’iconographie urbaine locale d’une petite musique s’échappant de l’une des vitres, baissée. Clarinette, bien sûr: l’instrument jazz de NYC par excellence. C’est presque trop, on va croire que j’invente.
« Love Thy Neighbor as Thyself » proclame la façade du 838 5e ave, en lettres gravées dans la pierre blanche au-dessus d’un long avent vert. De l’autre côté de la rue, le portique imposant du temple Emmanu-El inspire moins l’amour que le respect craintif, et son voisin de proclamer en effet « Walk Humbly with Thy God ».

L’air de Midtown a une odeur piquante, d’échappements automobiles et de bretzels grillés.

Fatigué, je rentre dans l’église St-Bart’s, tout à la fois pour en admirer l’intérieur paisiblement sombre, et pour un instant m’assoir, avec reconnaissance pour ce repos à défaut de dévotion. De l’intérieur, le bulbe byzantin s’élève en un mystérieux dôme d’obscurité. L’épaisseur des murs et le silence des lieux filtrent la rumeur de la ville jusqu’à son élément essentiel: les hululements de sirènes policières. Ce bruit lancinant semble issu de la nervosité-même de NYC, tout comme les constantes éruptions de fumeroles dans son sol paraissent montrer la nature littéralement infernale du sous-sol. Le matin, explorant la gare de Grand Central (culture cheminote oblige), jusqu’à descendre dans la suie d’un quai, une fois encore l’expression « du ventre de la Bête » m’est remontée en mémoire.

Le prétexte de ce voyage est la « bibliothèque rouge »: l’iconographie (et l’ambiance) du prochain volume sur Nero Wolfe, mais aussi, au-delà, de ceux sur Hammett et le hard-boiled, ou sur les vengeurs des « pulps ». Compulsant un guide du polar à New York, j’avais donc constitué une liste détaillée des endroits à voir et à photographier. Jean mitraille beaucoup, grattes-ciel Art Déco et scène de rue, mais nous n’avons finalement encore vu que deux des lieux de la liste: The Tombs, l’immense ziggourat judiciaire et pénale, et l’ancien quartier de South Street Seaport, au bord de l’East River, entre décrépitude authentique et gentrification commerciale.

2 réflexions sur « #1327 »

  1. Pfff… ça se gave de pancakes, bacon et simili-miel alors que ça dit ne rien manger au petit déj’ et ne rien prendre à part un mug de thé noir… 😉
    Mais je le savais, tu n’as pas refusé les chouquettes et petits pains au chocolat quand tu étais de passage à Sainté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *